Accès direct au contenu

avancée


Site de la Bibliothèque

Musee Virtuel

 
 

 

 

Rhéographe de projection (galvanomètre)

 

   
   
- Cliquez sur la vignette pour l'agrandir -

Paris : Carpentier, [1900] Gravé sur l’objet : "n°272N1" ; sur une étiquette : "contrôlé le 30/01/34" (D5 179)

Alors qu'un simple galvanomètre suffit pour mesurer les courants continus, il faut pour l'étude des courants alternatifs, avoir recours à un galvanographe ou rhéographe, c’est-à-dire un galvanomètre traçant des courbes dont les formes représentent les variations par lesquelles passe le courant étudié. Ce galvanomètre traceur doit répondre à une condition particulière : son équipage mobile, dont les déplacements doivent correspondre aux valeurs successives du courant doit en pouvoir suivre les variations si rapides qu’elles soient.

Le rhéographe de projection construit par Carpentier et présenté par lui-même à l’Académie des sciences en 1908, est établi sur le même principe qu’un instrument déjà présenté en 1897.

Cet appareil est composé de deux parties principales : un galvanomètre et un ensemble optique, appelé par Carpentier lui-même synchronoscope à réflexion multiple. Le courant alternatif à étudier arrive dans le galvanomètre. Celui-ci, ainsi que la présence d’un aimant qui crée un champ magnétique, font vibrer un fil tendu verticalement à l’intérieur du galvanomètre. Le but du système optique est d’étaler verticalement sur l’écran de projection, proportionnellement au temps, le mouvement vibratoire horizontal des rayons réfléchis par les miroirs du galvanomètre et d’amener en coïncidence les courbes qui se succèdent sur l’écran. Au centre du synchronoscope, un prisme à trois faces fonctionne par réflexion totale. Il tourne autour de son axe, entraîné synchroniquement par roue dentée en fer. Pour multiplier les apparitions de la courbe et produire sur la vue une impression persistante et plus intense, le faisceau émergeant du prisme n’est pas envoyé directement sur l’écran. Pendant la rotation, il est réfléchi successivement sur 4 miroirs plans qui sont fixes et placés de manière à renvoyer l’un après l’autre la courbe toujours à la même place sur l’écran.